Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 07:00

Vous voilà opérationnelle, valises dans l’entrée, téléphone portable à la main, ça y est, c’est le moment crucial, le jour J, l’heure H ! Chéri, les carottes sont cuites, faut partir vite (grâce à mon extraordinaire billet de la semaine dernière, vous savez que c’est le bon moment !), le Haricot débarque !

 

Mais vous y allez comment, vous, à l’hôpital ? Parce qu’il existe plusieurs choix : la voiture, les transports en commun, le taxi ou l’ambulance. Bon, j’ai éliminé d’office les rollers, le skateboard ou tout autre moyen de locomotion débile. Et vos pieds, vous ne les utilisez pas non plus, sauf si vous habitez en face de la maternité.

 

Les transports en commun : non, oubliez tout de suite c’est nul comme idée ! C’est lent, pas pratique, on ne sait pas combien de temps on va attendre ni quand on va arriver, c’est généralement crade et bondé, pour aller dans le métro il y a plein d’escaliers, on va vous bousculer… Non, je vote contre ! Et comme mon opinion a une grande importance à vos yeux, vous allez m’écouter bien sûr…

 

Votre voiture : il faut, de base, réunir deux conditions indispensables : (1) avoir une voiture et (2) avoir un chauffeur en stock ; sinon, passez aux autres propositions ! Il me semble évident que le conducteur ne peut pas être vous (je vous jure, vous avez interdiction formelle de conduire) donc ce sera Futur Papa, ou votre mère / père / sœur / meilleure amie, comme vous le sentez. Je trouve personnellement que c’est la meilleure solution et la plus pratique, mais attention, il vous faudra de toute façon prévoir un plan B au cas où votre chauffeur ne peut pas vous emmener (maladie, absence professionnelle, évanouissement dû à l’émotion, flemme, que sais-je, tout est possible ce jour-là !!). Question de bon sens, on fait en sorte qu’il y ait toujours de l’essence dans la voiture les dernières semaines (heu d’ailleurs, ça me fait penser qu’il faudrait qu’on fasse le plein… Futur Papaaaaa, bouge-toiiiii, va à la station service tout de suite !!) et qu’elle soit bien opérationnelle (pas de fuite d’huile, ni de pneu crevé ou de sabot…). Le jour J, on évitera quand même d’avoir un accident en conduisant trop mal… Petite idée pour diminuer le stress le moment venu : penser à demander au personnel hospitalier où est l’entrée des urgences en voiture, si on peut laisser sa voiture dans l’enceinte de l’hôpital, et le cas échéant s’il y a un parking public proche où on peut la laisser plusieurs heures.

 

Un taxi : en théorie, ça semble être une bonne idée, on évite les risques de panne et de malaise du chauffeur, et en plus il a le droit de prendre les couloirs de bus à Paris (donc c’est rapide). En pratique, ce n’est pas si simple… Déjà, c’est la loi de Murphy, le jour où vous en aurez besoin il n’y aura pas de taxis près de chez vous, donc il faudra en attendre un dans la rue, en criant à chaque contraction (soit toutes les 5 minutes), et en faisant le petit chien entre deux contractions, je vous laisse imaginer le tableau… Etrangement, si un taxi passe, il y a une forte probabilité pour qu’il ne s’arrête pas en vous voyant hurlante, suante et gesticulante, il se peut qu’il ait peur soit de vous soit que vous ne salissiez sa banquette arrière… C’est trop injuste, mais on peut le comprendre… ou l’insulter copieusement, au choix (à mon avis, opter pour la seconde solution vous détendra) ! Sinon, vous pouvez aussi appeler un taxi de chez vous via un réseau de type G7 ou Taxis Bleus. Théoriquement, lui, il est obligé de vous prendre… Pratiquement, vous aurez sûrement autre chose en tête que relever son nom, sa plaque d’immatriculation pour le dénoncer aux flics et à sa société pour non-assistance à femme enceinte en danger… donc rien ne le forcera non plus à vous prendre en charge ! Salauds de taxi !

 

Une ambulance : j’avais pensé à cela comme plan B, en appelant tout simplement les urgences au 112, mais la sage-femme dit que ce n’est pas autorisé parce qu’on va « juste » accoucher, que l’on n’est ni malade ni mourante, donc que l’on n’est pas une vraie urgence… Mouais, je suis dubitative mais je me range à son avis, surtout qu’elle propose une bonne alternative, cf. ci-dessous.

 

Un taxi-ambulance : voilà la bonne idée de la sage-femme et mon plan B ! Prévoyez le coup et contactez les sociétés proches de vous, elles vous diront sous combien de temps elles peuvent arriver chez vous (donnée assez utile, au moins vous saurez à quel moment des contractions les appeler !) et si à partir d’une certaine heure elles sont régulées par le SAMU (auquel cas, il faut appeler directement le SAMU au 15). Of course, on pensera à bien donner leur numéro au Futur Papa, à l’enregistrer dans son téléphone, à l’écrire sur le frigo, à l’apprendre par cœur, bref, on ne perd pas leur numéro !!!!

 

Good luck ladies, j’espère que vous avez trouvé votre moyen de locomotion parfait !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Primipare - dans Pratique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Primipare toi-même!
  • Primipare toi-même!
  • : Le journal marrant (enfin j'espère) et guide de survie d'une parisienne qui continue de découvrir les joies (ou pas!) de la maternité - Primipare a rejoint le clan des multipares le 22 octobre 2013!
  • Contact

Et ça c'est toujours Primipare!

primipare@gmail.com

 

Ma Page sur Hellocoton

 

Primipare Toi-même 

liebster

Recherche